Dans la grande majorité des ménages, les animaux de compagnie sont considérés comme membres de la famille. Cependant, leur entretien coûte cher et les services vétérinaires représentent une grande partie des charges pesant sur les finances familiales. L’assurance animaux peut être un moyen judicieux pour aider à compenser les coûts. Les propriétaires peuvent trouver une formule qui convient à la fois à leurs besoins et à leur possibilité financière. Mais comme pour toute forme d’assurance, il existe certaines exclusions et conditions susceptibles de rendre cette option peu intéressante.

Les conditions préexistantes

Lorsqu’une maladie ou une blessure imprévue survient, les dépenses vétérinaires peuvent rapidement épuiser le budget. Généralement, une condition médicale préexistante sera exclue de la couverture d’assurance. Il n’est pas forcément nécessaire que votre animal soit diagnostiqué au moment où vous commencez la couverture et l’exclusion peut potentiellement être déclenchée s’il présente des symptômes ou des signes d’une maladie diagnostiquée plus tard. Faire passer à votre animal de compagnie un examen médical complet juste avant de commencer l’assurance serait plus prudent.

Le pourcentage de co-partage ou l’excédent

Le « co-partage » ou « excédent » est le pourcentage minimum des frais vétérinaires que vous devrez couvrir. Par exemple, un pourcentage de 20% d’un soin de 100 € vous coûterait 20 €. Comprenez vos obligations de co-partage, pour vous assurer que le coût du traitement vétérinaire sera abordable pour vous. Un conseil : allez sur www.unilia-mutuelle.fr pour comparer les offres les plus intéressantes.

L’âge de l’animal

Les produits d’assurance pour animaux de compagnie n’accepteront généralement pas de demande d’assurance après que votre animal ait atteint un certain âge (généralement autour de neuf ans). Ils peuvent également ne pas vous permettre de le réassurer si votre couverture se termine à tout moment après cet âge. En plus, les coûts pourraient également augmenter avec l’âge de votre animal de compagnie.

Limites de prestations

Sachez que de nombreuses polices peuvent avoir des limites de validité pour certaines conditions. Une fois que vous avez atteint la limite permise, vous serez confronté à des frais supplémentaires pour un traitement ultérieur. D’autres polices comportent également des limites annuelles pour des conditions spécifiques, alors soyez pleinement conscient des limites qui s’appliquent à votre police.

Garder les vaccinations à jour

Il peut être facile d’oublier un rappel de vaccination mais cela pourrait annuler votre assurance pour animaux de compagnie! Généralement, votre protégé doit être vacciné pour être assuré et les vaccins doivent être tenus à jour. Si votre animal développe une maladie qui peut être évitée par la vaccination, votre assureur sera libre de ne pas payer.

Prendre les précautions nécessaires

Garder un chien sans sens de la route dans une cour non clôturée, laisser votre chat à l’extérieur sans eau ni nourriture pendant un week-end où vous êtes absent ou retarder une visite chez le vétérinaire pour une bête malade sont autant d’actions qui pourraient annuler votre assurance. Idem si vous laissez votre compagnon prendre trop de poids. En vertu de certaines politiques, le traitement ne sera pas couvert s’il est dû à l’obésité de l’animal.

Reproduction

Certaines polices ne couvrent pas les conditions relatives à la grossesse ou à l’accouchement, donc si vous avez l’intention de faire reproduire votre animal de compagnie, assurez-vous que vous ayez une couverture spécialisée. Sinon, parlez à votre vétérinaire de la stérilisation.

Pièges de l’assurance pour animaux de compagnie
5 (100%) 1 vote